L'édito du mois

Edito du N°879 – Décembre

En rupture ? Pas tout à fait

L’équipe de la rédaction de Galvano Organo est heureuse de vous proposer la nouvelle formule de votre magazine, qui, vous le savez, appartient au groupe Infopro Digital. Cela faisait déjà un certain temps que nous nous étions préparés ; des questionnements et des discussions pour enfin vous offrir une lecture plus agréable et enrichie avec un esthétisme assuré par notre équipe. Merci aux experts de la fabrication, Thierry Michel, Frédéric Dïrr et Estelle Mouchy pour la réalisation de cette belle maquette ; merci à notre secrétaire de rédaction, Michèle Menesclou qui a veillé au grain. Ce nouveau format, n’est pas en rupture avec la ligne éditoriale, mais une évolution qui s’inscrit dans la continuité de ce qui fait l’identité de Galvano Organo  : des reportages sur sites et des innovations scientifiques et technologiques à travers, par exemple, des articles d’auteurs. Bref, des informations à la fois au plus près du secteur de la technologie des surfaces et de la peinture, et transversales qui préoccupent la profession. C’est le bon tempo, on l’espère, avec cette nouvelle année qui approche à grands pas et les défis qui guettent l’industrie. Pour ne citer que l’industrie automobile qui connaît aujourd’hui un moment de transition majeur. Une transition à multiples facettes  : énergétique, numérique et sociétale. C’est un vrai défi pour la filière, surtout dans un contexte économique incertain avec la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine d’une part, et entre les États-Unis et l’Europe d’autre part, le ralentissement du marché automobile européen n’arrange pas la situation économique et industrielle. À ce contexte international, s’ajoutent les faiblesses structurelles des sous-traitants automobiles français. Tout n’est pas perdu, à en croire le discours du ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, prononcé le 2 décembre lors de la journée de la filière automobile, où des lecteurs de Galvano étaient présents. La bonne nouvelle annoncée par le ministre  : une augmentation des financements, soit 25 M€ des recettes du déplafonnement du malus abonderont un fonds dédié aux sous-traitants pour les accompagner à réussir la transition écologique, identifier les meilleures opportunités de diversification et investir dans de nouvelles lignes de production. Qui seront les heureux élus ? Les industriels anticipent et n’attendent pas souvent le pouvoir public pour investir. Néanmoins, le gouvernement va dédier 25 M€ de fonds publics pour générer jusqu’à 200 M€ de prêts garantis. L’automobile, l’aéronautique ou le luxe, sont des secteurs phares qui font leur renommée mondiale. L’industrie française prépare son avenir avec sérénité ; l’avenir nous le dira.
Voahirana Rakotoson

«  BONNE LECTURE ET UNE TRES BELLE ANNEE 2020 !  »

P.-S.

Voahirana Rakotoson, rédactrice en chef