L'édito du mois

Edito du n°847 – Mai 2016

Le champ des possibles

Sur un an, la production manufacturière a fortement augmenté grâce notamment au secteur des transports, aéronautique et automobile en tête. Sur le dernier trimestre comptabilisé, novembre et décembre 2015 et janvier 2016, l’indice de production industrielle s’est élevé à +2,3 % en France, contre
+0,4 % en Allemagne. Ce n’était plus arrivé depuis 2001 ! Sur cette lancée, l’industrie française a de belles perspectives pour défier l’avenir, celui de l’usine connectée autour du concept de l’industrie du futur. Colossal mais atteignable pour ®amener la France parmi les leaders mondiaux de la production industrielle.
Les entreprises industrielles ne mèneront probablement pas toutes leur innovation à la même vitesse : commencer en premier lieu par une simple remise à niveau ou intégrer une nouvelle technologie, et au final faire muter son modèle économique. Pour expliquer l’industrie du futur, rien ne vaut l’exemple.
C’est la raison pour laquelle, dans le cadre de sa mission de sensibilisation et d’accompagnement des PME au sein de l’Alliance Industrie du Futur, le Cetim a développé une cartographie de 150 premiers exemples, consultable sur PC, tablette ou smartphone. En un simple clic, sur le site http://exemples-aif.industrie-dufutur.org, plusieurs champs possibles s’offrent à l’internaute : nouveaux modèles économiques et sociétaux, rupture stratégique, alliances, organisation industrielle et management, relations clients/fournisseurs intégrées, usines et lignes connectées, pilotées, optimisées, nouvelle approche de l’homme au travail, technologies de production avancées, objets connectés et internet industriel. Grâce à ce programme Industrie du Futur, l’exemple de Dupuis Mécanique illustre très bien cette démarche à travers son ‘atelier étendu’ ou atelier virtuel partagé. Des investissements dans de nouvelles machines, une organisation de remise à plat par le lean manufacturing et, un système de gestion interne relié numériquement à celui des clients ont été planifiés. Patrice Juillien, p-dg de la société Dupuis Mécanique explique : « des centres d‘usinage sont installés chez mes partenaires. Ce n’est pas de la sous-traitance classique, puisque ces machines utilisent notre ERP Helios Manager et reçoivent nos ordres de fabrication, nos programmations, notre gestion documentaire, nos procédures et satisfont à nos exigences en termes de qualité ou de délais ; » une nouvelle organisation qui n’était pas aisée à instaurer, mais aujourd’hui, chacun le reconnaît, le bilan est positif, rapporte notre confrère de l’Usine Nouvelle.

P.-S.

Voahirana Rakotoson, rédactrice en chef