L'édito du mois

Edito du N°875 – Juin

Un terrain de jeu mondial

Hasard du calendrier ? Tech’Surf, Tricoat-Finishair, l’assemblée générale de l’UITS, trois évènements successifs ont rassemblé la communauté des technologies de surface. Le point commun à ces évènements ? Le futur de l’usine de traitements de surface dans toute sa splendeur à travers l’innovation, la R&D qui sont des leviers majeurs pour développer des avantages concurrentiels en répondant aux grands enjeux de l’industrie. Mais le terrain de jeu est mondial. Alors, pour y jouer, des entreprises montent en gamme, comme l’entreprise Mithieux - qui réalise des prestations de revêtement par voie électrolytique ou chimique sur des substrats métalliques - sélectionnée par Bpifrance et la plateforme automobile PFA pour répondre aux défis de demain. « Face aux défis sans précédent auxquels fait face le secteur automobile, nous voulons jouer un rôle d’accélérateur pour renforcer la compétitivité tout au long de la filière », explique Luc Chatel, président de la PFA. Avec toute l’expertise de Bpifrance et le soutien des grandes entreprises comme Faurecia, il s’agit d’aider les 24 PME (dont Mithieux) prometteuses du secteur à monter la marche suivante. « Cette première promotion du programme Trajectoire PME-ETI vise à créer un esprit de communauté solidaire et fédérateur entre des dirigeants d’entreprise de la filière automobile en pleine croissance ainsi qu’à les aider concrètement dans la définition d’une stratégie ambitieuse pour leur business », précise Guillaume Mortelier, directeur exécutif du fonds Build-up chez Bpifrance. Un changement de paradigme se profile pour relever les défis des véhicules autonomes, connectés et électriques. Pour Maxei Group, une PME de 80 personnes, fabricant de biens d’équipements industriels et de machines spéciales, les enjeux liés à l’Industrie du Futur sont très importants. Lors de la conférence sur « Réussir la French Fab avec les PME : les propositions du Cetim pour accélérer et changer d’échelle », Olivier Hutin, p-dg de Maxei Group témoigne : « Sur le plan humain, il nous faut trouver les bonnes personnes par rapport aux compétences dont l’entreprise a besoin. Sur le plan technologique ensuite, nous devons analyser et situer les points d’amélioration sur toute la chaîne, de la production à la logistique. Les enjeux portent à la fois sur l’évolution des gammes de produits et le pilotage des chaînes de production et logistique pour optimiser la fabrication des machines ». Et l’investissement ? « Notre objectif est de bien cibler nos investissements afin de faire les bons choix dans l’optimisation de notre outil industriel », note Olivier Hutin. Au final, l’Industrie du Futur est un concept qui se vit au quotidien !

« Accélérer, changer d’échelle et monter une marche »

P.-S.

Voahirana Rakotoson, rédactrice en chef