L'édito du mois

Edito du N°893 – Juin-Juillet

Crise et reprise

Jusqu’à la dernière minute où nous mettons sous presse, la crise des matières premières continue de préoccuper. En effet, le 22 juin dernier Anne-Sophie Maze de l’UITS, Catherine Larroque de la FIMMEF et Thierry Charles de Polyvia ont porté la voix de leurs adhérents sur les enjeux de cette crise lorsqu’ils ont été interviewés par Guy Fages. Ou encore, Jean Eudes du Mesnil, secrétaire général de la confédération des PME, qui est intervenu sur les ondes de la radio RFI à la mi-juin. Les industriels s’inquiètent et le font savoir. Pour illustrer, le cas d’un carrossier-constructeur, métier clé de la filière automobile, qui voit des augmentations tarifaires de +15 % à +52 % sur les matières premières. Et ce alors même que, selon une étude de la Deutsche Bank, les matières premières représentent environ 8 % du prix de vente, sortie d’usine, d’un véhicule automobile. Pourtant, la reprise se profile. « Nous accueillons les annonces de reprise anticipée des différents donneurs d’ordres avec soulagement, explique Jonathan Fhima, président de l’UITS ; les sous-traitants traitement de surfaces/traitement thermique ont une fois de plus su faire preuve d’agilité pour s’adapter à cette période… Ils n’ont pas hésité à engager des investissements pour préparer la reprise et accompagner les mécaniciens dans la croissance exponentielle annoncée. » En attendant, les entreprises rattrapent le retard du passé. Selon l’étude relative à la modernisation de l’appareil productif français réalisée en 2014 par le cabinet Roland Berger, le retard d’investissements productifs de ces vingt dernières années est estimé à plus de 40 Mrds €. Le Cetim est à l’œuvre avec plus de 500 entreprises accompagnées dont 90 % répondent à des besoins de remise à niveau des moyens techniques et des fondamentaux de l’excellence opérationnelle. Mais, « à la vitesse galopante de la vaccination dans le monde, le chemin de la croissance est absolument certain », prédit avec assurance Pedro Novo, directeur exécutif en charge de l’export chez Bpifrance, qui propose plusieurs solutions  : prospection de nouveaux marchés, financement des ventes avec le crédit acheteur, financement du développement, sécurisation des projets, aide à l’implantation sur de nouveaux marchés, solutions d’accompagnement et des formations… Selon la Bpi, plus de 86 % des entreprises exportatrices ont déjà dépassé leur niveau d’avant crise ! « Les États-Unis dont le méga plan de relance va nourrir une croissance spectaculaire offrira de belles opportunités pour nos entreprises y compris en Europe pour répondre à cet appel d’air », décrypte Pedro Novo. L’avenir lui donnera certainement raison.

“L’appel d’air”

P.-S.

Voahirana Rakotoson, rédactrice en chef